Le projet de transformation d’un parking ouvert en bloc de béton est une aberration, dont Wavre n’a absolument pas besoin, et à laquelle une majorité de citoyens et de commerçants est opposée. Et si l’on oubliait cette option pour revoir le site actuel et le rendre plus humain grâce... aux arbres ?

Nous avons déjà exprimé notre forte opposition à ce projet, qui sert probablement les intérêts d’une société privée — Indigo — mais en aucun cas les Wavriens.

Et si on l’oubliait pour imaginer un autre parking en remplacement du site actuel ? Qui ne nécessitera pas des tonnes de béton, des troubles catastrophiques de mobilité pendant des mois, voire une désaffection des visiteurs et clients de Wavre, excédés de ne plus y trouver de "parking malin".

Place à l’imagination verte

Lorsqu’on se balade dans d’autres pays, surtout les pays chauds (mais pas que), on tombe le plus souvent sous le charme de places ombragées où, en toute harmonie, se mêlent places de parking pour voitures, pour vélos, bancs et... fraîcheur. En été, les arbres apportent leur ombre, mais rafraîchissent également l’atmosphère en dégageant une bien agréable humidité. On s’y parque, mais on peut aussi s’y reposer, papoter, faire connaissance, se relaxer.

Imaginons un "autre" parking des Mésanges. Plus respectueux de l’environnement, de la mobilité, des besoins des riverains, des commerces.

Créons un Wavre autrement. Nous avons toute latitude d’imaginer, sur une feuille blanche, tout ce qui pourra sauver notre chère ville du désastre. Réfléchissons ensemble.

Sur ma feuille blanche, donc, une avenue et un parking, soit environ 250 places. Et si on les fusionnait ? J’ai là un bel espace à deux niveaux. Je peux y placer des arbres. Ils y sont déjà partiellement, pourquoi ne pas continuer ? Arbres et véhicules peuvent cohabiter. Les troncs des premiers n’obligeront pas à sacrifier trop de places pour les voitures. Et, aux pieds de ceux-ci, les jardiniers communaux, qui ont déjà fait bien des merveilles, y planteront des fleurs dont les couleurs, au fil des saisons, contrasteront avec le noir sinistre du bitume. Elles nourriront aussi les abeilles, tellement menacées par la Monsatoïsation des cultures que c’est l’avenir de nos fruits et légumes qui est, lui aussi, menacé.

Les arbres, un facteur d’humanisation

"L’arbre constitue un des éléments primordiaux pour aider à l’amélioration du cadre de vie. Ils participent à la lisibilité, à la création, au désenclavement, et à la fabrication des espaces verts communs et privés. " (David Soro)

Les articles scientifiques vantant les bienfaits des arbres pour l’environnement, pour la diversité, mais aussi pour l’équilibre psychique des humains ne manquent pas. Une ville, Douai, a même publié une "charte de l’arbre" que j’invite les autorités de la ville de Wavre à consulter pour s’en inspirer.

L’intérêt des arbres pour un parking ne se limite pas à l’ombre qu’ils apportent. Bien sûr, les périodes de canicules se multipliant, c’est un cadeau gratuit de la nature pour mieux supporter celles-ci et nous permettre de mieux vivre en ville — d’autant plus si l’on n’a pas la chance d’avoir un jardin. Mais leurs bienfaits sont bien plus nombreux que cela. Saviez-vous, par exemple, qu’ils contribuent à former des nuages ?


Les arguments en faveur de la plantation d’arbres sont nombreux :
- ils améliorent le paysage et le cadre de vie
- ils contribuent à lutter contre la pollution et améliorent la qualité de l’air
- ils offrent habitat et nourriture à la faune locale
- ils nous aident à maintenir un équilibre psychique et à nous relaxer
- ils absorbent les eaux de ruissellement et limitent les risques d’inondation (ce que ne permettent pas les zones de pur bitume ou de béton)
- ils apportent de la vie dans un lieu minéral fait de revêtements industriels morts
- par leurs fleurs, ils apportent de la couleur, des arômes, nourrissent les insectes utiles
- ils humanisent l’espace public
- ...etc.


Si vous souhaitez venir faire votre shopping dans une ville, quelle qu’elle soit, est-ce que vous ne vous sentiriez pas mieux en vous parquant dans un tel lieu plutôt que dans un insécurisant volume de béton grisâtre ? Le slogan inique de Streeteo "Vivre le parking autrement" prendrait soudain une signification réelle.

J’étends ma page blanche. Et si l’on profitait d’autres grands espaces de parking de Wavre pour, grâce aux arbres, les transformer en lieux d’ombre, de fraîcheur et de convivialité ? La place de l’Eglise, la place Alphonse Bosch ne seraient-elles pas plus agréables avec quelques arbres et quelques bancs ?

Wavre a favorisé le bitume et le béton pendant trop longtemps. Il est temps de redonner sa place au vert et d’améliorer ainsi le bien-être de ses habitants. Arboriser l’actuel parking des Mésanges plutôt que le remplacer par un immeuble hideux, à la construction polluante, sans intérêt pour l’environnement et la biodiversité et néfaste pour la mobilité, est un excellent moyen de prouver que les promesses électorales de tenir compte de la demande de la population (et de la jeunesse) d’une ville plus verte n’étaient pas... que des promesses électorales.

— -

Dossier "Parking des Mésanges" à Wavre : les différents articles.

- Parking à Wavre : de mauvais choix en choix du pire
- Il faut verdir le parking des Mésanges
- Parking des Mésanges : un crime contre l’Environnement
- Parking des Mésanges : l’impossible mobilité
- Parking des Mésanges : un labyrinthe infernal pour les riverains
- Parking des Mésanges : un coût social inacceptable
- Parking des Mésanges : économiquement absurde !

Illustration de titre par Elaugsburg de Pixabay.

Par Patrick Pinchart

Patrick Pinchart a travaillé toute sa vie dans la communication. Animateur à la RTBF, rédacteur en chef de Spirou, éditeur de bande dessinée, il est aussi militant pour Amnesty International, Ecolo, Greenpeace, le WWF (entre autres).