Devant le désintérêt de la Police wavrienne pour le vol des vélos, une citoyenne a pris les choses en mains. Elle a réussi à retrouver son vélo dérobé à la gare de Wavre, ainsi que le nom de la voleuse. Mais aucun suivi n’a été fait par la Police. Une désinvolture condamnable de la part de celle-ci, car cela pousse les victimes à faire justice elles-mêmes. Explications.

Je voudrais vous raconter une tranche de vie. La tranche de vie d’un jeune cycliste wavrien parmi bien d’autres, qui pourront sans doute faire un lien avec leur propre vécu.

La scène se passe début juillet, à la gare de Wavre. Il parque son vélo à l’emplacement prévu. Il a investi dans un solide cadenas en "U", qu’il croit inviolable, et qu’il installe en pensant protéger son vélo.

Malheureusement, lorsqu’il revient, son vélo a disparu malgré ses précautions.

Sa tante poste l’information sur Facebook. On lui signale qu’il y a des caméras de surveillance à cet endroit et que la Police pourra les visionner afin de, peut-être, trouver le coupable et, donc, le vélo.

"Nous n’avons jamais pu visionner de vidéo, nous explique-t-elle, la police avait dit à ma sœur (NDLR : la maman de la victime du vol) qu’elle visionnerait les vidéos et la rappellerait. Mais elle n’a jamais eu de nouvelles.
On a mené notre enquête seules de notre côté. Le vélo était en vente sur Marketplace à Charleroi. Ma sœur a dû aller jusque là et racheter son vélo. Le vendeur lui a renseigné le profil Facebook de la personne qui l’avait apporté. Nous avons su retrouver son vrai nom et le fournir à la police. Mais aucune enquête n’a été effectuée de leur côté. L’importance accordée aux vols de vélos par rapport aux autres délits est moindre."

Ce sont les paroles de la tante du jeune homme et son ressenti "brut" de la situation (elle ne sait pas, en effet, que les vidéos des caméras de surveillance ne peuvent être visionnées par les particuliers. Un soupçon de pédagogie de la Police serait le minimum pour le faire comprendre).

La conclusion de son message est glaçante :
"En gros, menons notre enquête nous-même sans compter sur la police."

Il s’agit d’un cas parmi tant d’autres. Moi-même, lorsque je parque mon vélo à Wavre, je n’ose pas le quitter des yeux plus de quelques minutes, tant la réputation de la Ville est exécrable. Le fait que les plaintes ne mènent à rien accentue l’impression qu’il y a une impunité pour ces délits et qu’ils ne sont en aucun cas une priorité.

L’échevin de la Mobilité a annoncé à TV COM l’installation d’une vingtaine de places sécurisées dans le centre de Wavre. Tout en précisant : "Dans un second temps, onze autres garages pour un total de 35 places seront installés aux gares de Basse-Wavre, Profondsart, aux parkings des Fontaines, du Presbytère et de l’Escaille, dans le quartier de l’Orangerie et dans celui du Douaire".

Environ 55 emplacements sécurisés pour une dizaine de lieux !!! C’est largement insuffisant par rapport aux besoins des cyclistes. À la gare d’Ottignies, un parking supervisé par Pro-Vélo permet d’accueillir jusqu’à 200 vélos.

Wavre n’est pas Ottignies, mais on parle bien ici de 200 emplacements pour un seul lieu alors qu’à Wavre, on prévoit 55 emplacements pour une dizaine de lieux. Autant dire que les voleurs ont tout intérêt à venir se servir à Wavre.

Une non-priorité assumée en haut lieu

Lors du conseil communal du 13 septembre 2022 (voir la séquence dès 2h25mn), la Bourgmestre confirme : "La Police de Wavre a un plan zonal de sécurité qui fixe les priorités en termes de criminalité. Le vol des vélos est un phénomène tout à fait connu. Mais cela n’a jamais été intégré dans les priorités policières.Pour que tout ne devienne pas une priorité, des choix doivent être effectués entre les trafics de stupéfiants, les incivilités, les vols qualifiés dans les habitations, la sécurité routière, les violences intra-familales… et les vols de vélos. Chaque cas fait l’objet d’une enquête sur base des informations reçues. Des mesures structurelles comme la création d’un registre des vélos avec une numérotation généralisée qu’il ne s’agit pas de vélos volés au moment des contrôles. Nous recommandons de multiplier les moyens de protection sur les vélos."

Bref, on passe la patate chaude aux citoyens, qui n’ont qu’à se débrouiller !

Comment protéger son vélo du vol ?

Wavre n’est pas la seule à souffrir de ce fléau. Il y a une recrudescence des vols de vélos dans de nombreuses villes. Les malfrats sont très bien organisés. Même un cadenas de haute qualité pourra être scié grâce à une disqueuse sur batterie en quelques minutes.

On l’a vu ci-dessus, les caméras de surveillance ne servent absolument à rien car, non seulement elles ne dissuadent pas les voleurs, mais elles ne sont pas visionnées par la Police, puisque ce type de délit n’est pas sa priorité. Il faut donc jouer sur la prévention :
 toujours attacher son vélo, même pour quelques minutes. Si ce n’est pas le cas, il suffira de le soulever pour l’emporter et, par exemple, le placer dans une camionnette, cela ne durera que quelques secondes.
 accrocher le vélo à un point fixe, par exemple un poteau ou un arceau de sécurité (panneaux de signalisation, lampadaires, emplacements vélo…). Même à l’intérieur !
 attachez en priorité le cadre et solidarisez-le avec la roue avant.
 attachez la roue arrière au cadre avec un autre cadenas.
 investissez dans un bon anti-vol. Les simples câbles ou les chaînes sont coupés à l’aide d’une pince. L’idéal est celui en "U" à clé (et non à code), mais attention ! Il y en a de meilleures qualité que d’autres, informez-vous auprès du vendeur. Placez le barillet de serrure vers le bas ou vers le mur pour compliquer la tâche du voleur... et le protéger de la rouille.
 multipliez les anti-vols afin de ralentir le voleur. Il se tournera toujours vers le vélo le plus simple à voler.
 choisissez un emplacement éclairé où il y a du passage régulier (mais pas un emplacement où il y a beaucoup de monde, car le voleur aurait tout loisir d’accomplir son forfait en se fondant dans la foule).
 sécurisez également les accessoires, sacoche, selle, car ils sont également volés. Et bein entendu, ne laissez rien dans la sacoche !
 faites marquer votre vélo avec votre code national. Cela ne dissuadera pas le voleur, mais facilitera la restitution s’il est volé.
 si le vélo est neuf, prenez une assurance.

Article basé sur l’intervention de Patrick Pinchart au Conseil communal de Wavre du 13 septembre 2022.

Image de leonqueen1 de Pixabay

Par Patrick Pinchart

Patrick Pinchart a travaillé toute sa vie dans la communication. Animateur à la RTBF, rédacteur en chef de Spirou, éditeur de bande dessinée, il est aussi militant pour Amnesty International, Ecolo, Greenpeace, le WWF (entre autres).