Le 10 octobre 2021, des Wavriens ont manifesté à Bruxelles, parmi 50 000 citoyens qui tentaient, une fois de plus, une fois encore, une fois de trop, de convaincre les politiques d’enfin agir pour que cessent les comportement délétères pour le climat. Ce jour-là, où étaient ceux qui dirigent notre ville, eux qui ont le pouvoir de décider de changements au niveau de celle-ci ?

Où étiez-vous ce 10 octobre 2021 ?

Etiez-vous près de ces enfants et avez-vous vu leurs dessins naïfs sur de petits panneaux en carton réclamant de vivre sur une planète bleue, couleur de l’espoir et non bleue, couleur de l’eau qui s’est teintée de boue avant d’inonder leurs maisons ?

Où étiez-vous ce 10 octobre 2021 ?

Étiez-vous aux côtés de ces adolescents qui avaient déjà marché dans Wavre il y a trois ans, qui ont déjà subi les effets des changements climatiques et qui ont donc déjà eu des avants-goûts de ce qui les attend l’année prochaine et les suivantes ? Une planète rouge, couleur des incendies mais aussi couleur de leur colère grandissante face à l’inaction des politiques.

Où étiez-vous ce 10 octobre 2021 ?

Étiez-vous avec ces parents désespérés de voir la dégradation de l’environnement et de devoir faire grandir leurs enfants dans un monde en destruction ?

Étiez-vous en compagnie de ces "grands-parents pour le climat" qui consacrent les dernières années de leur vie à tenter de sauver le futur de leurs petits-enfants ?

Où étiez-vous ce 10 octobre 2021 ?

Étiez-vous en train d’accompagner ces nouveaux réfugiés climatiques qui marchaient en avant du cortège et qui ne venaient pas de pays pauvres, mais d’un des pays les plus riches du monde et d’une de ses villes les plus privilégiées, Wavre ?

Où étiez-vous ce 10 octobre 2021 ?

Étiez-vous ici, dans cette ville privilégiée mais sinistrée, en train de réfléchir à ce que vous pouviez faire pour aider ces petits-enfants, ces enfants, ces adolescents, ces parents, ces grands-parents à vivre dans un Wavre meilleur malgré les canicules, malgré les sécheresses, malgré les inondations ?

Un an après les canicules, qu’allez-vous mettre en place pour rendre Wavre supportable par les grandes chaleurs qui vont se multiplier et s’aggraver ?

Quelques mois après les inondations, qu’allez-vous mettre en place pour que Wavre ne soit plus un sol minéralisé laissant ruisseler les eaux vers un centre inondable, mais un sol naturel capable d’absorber celles-ci ?

Après la Marche pour le climat qui a rassemblé 50.000 Personnes, qu’allez-vous répondre aux Wavriens qui y ont participé afin de tenter, une fois de plus, une fois encore, une fois de trop, de faire cesser les comportements délétères pour le climat ?


Un peu d’humour ne fait jamais de mal : et si on appelait le Messie à l’aide ?

Ne comptons pas pour Jésus-Christ pour résoudre ces problèmes. Comme on peut le voir sur la photo ci-dessus, il en a marre de l’égoïsme, de l’arrogance, de la négligence, du mépris pour la nature, pour l’environnement qui est pourtant la base de notre existence, des comportements irresponsables qui détruisent le patrimoine de nos enfants et de nos petits-enfants. Il répond clairement : ne comptez pas sur moi cette fois ! La destruction de la planète, des espèces animales, des conditions de vies des êtres humains, ce n’est plus son problème. Il a tenté de mettre ceux-ci dans la bonne voie il y a deux mille ans. Ses successeurs n’en ont rien eu à cirer. On en paie le résultat aujourd’hui.


Nous n’arrêterons pas la dégradation du climat à nous seuls, mais nous pouvons éviter de l’aggraver et transformer Wavre pour la protéger de ses effets catastrophiques. Restons mobilisés !

Par Patrick Pinchart

Patrick Pinchart a travaillé toute sa vie dans la communication. Animateur à la RTBF, rédacteur en chef de Spirou, éditeur de bande dessinée, il est aussi militant pour Amnesty International, Ecolo, Greenpeace, le WWF (entre autres).