On a du mal à y croire, mais c’est la réalité du calendrier : Mario Party, l’un des premiers jeux de groupe familiaux, a vingt ans. Si vous y avez joué à dix ans, vous êtes trentenaire et vous avez peut-être des enfants. Ils vont donc pouvoir y jouer aussi.

En 20 ans, les jeux vidéo ont évolué. Techniquement. Visuellement. La 3D a remplacé la 2D. Tout va plus vite, avec plus de pixels, plus de couleurs, plus d’effets spéciaux. Mais la plupart des jeux restent bâtis sur les mêmes concepts qui font que, de génération en génération, on continue à se placer devant un écran, à prendre en mains un bidule en plastique et à pousser sur de petits boutons. Les images des premiers jeux ont pris des coups de vieux, oui, les concepts ludique non. Si vous avez aimé Tetris sur le petit écran noir et blanc de la Game Boy, vous continuerez à l’adorer en millions de couleurs avec des effets sonores et visuels. Les classiques ont survécu aux modes. Et Mario fait partie de ceux-là.

Il a été de toutes les consoles Nintendo. Il est le papy des jeux vidéo. Mais il demeure toujours d’une éternelle jeunesse depuis sa création en 1985 par Shigeru Miyamoto et Takashi Tezuka. Grâce à des concepteurs de jeux géniaux qui ont pris la relève, sous la supervision de ceS grandS maîtreS à qui Nintendo doit tout.
Bref, tout ça pour dire que ce nouvel opus de Mario Party a de quoi intéresser les passionnés du plombier moustachu, toujours excités à l’idée de découvrir les nouveautés que l’équipe nippone a imaginées.

Jeu de plateau amélioré

Super Mario Party est partiellement basé sur le principe des jeux de plateaux. Chaque joueur (Vous incarnez un des personnages mythiques de la série, au choix) lance un dé et avance de case en case, sur un circuit truffé de surprises, en fonction du nombre obtenu. Les dés sont personnalisés et comportent des faces qui ont des effets différents en fonction des personnages. Le but est, bien entendu, d’arriver en premier lieu au bout du circuit.

Raconté ainsi, cela fait un peu "Course des petits chevaux". C’est bien entendu compter sans les possibilités des jeux vidéo et la créativité des concepteurs.

Chaque fois qu’un joueur met le pied sur une case, celle-ci provoque un événement. On peut y gagner des pièces, acheter des objets, mais aussi tomber sur des cases-pièges qui feront perdre ce qu’on a gagné précédemment... ou reculer. Les objets procurent des avantages facilitant la progression.

Puis, un mini-jeu est déclenché, auquel participent tous les joueurs, soit en collaboration, soit en compétition. 80 sont proposés, au hasard. Ils utilisent de manière très variée les possibilités spécifiques de la manette de la Switch. En effet, celle-ci a des capacités gyroscopiques. Elle enregistre les mouvements des joueurs. Elle devient donc, en fonction de l’environnement du jeu, une pagaie, une raquette de tennis, un marteau, un manche de poele, une allumette, etc. Certains jeux impliquent de la bouger rythmiquement, d’effectuer un mouvement de va-et-vient pour grimper en haut d’un mât, de se coordonner avec les autres pour joueurs pour soulever rapidement un filet et attraper des poissons dans une rivière, de la faire tourner pour contrôler un ventilateur, etc. La prise en mains est immédiate et les explications visuelles très claires.

Tout est donc dans la lignée des titres précédents. Des jeux familiaux, drôles, accessibles très vite grâce à un niveau "facile" (trois niveaux sont proposés), dans des univers (très) colorés, un peu "plasticine", mais toujours très sympathiques. Certes, les adolescents risqueront de s’ennuyer assez vite, mais les plus jeunes pourront s’y éclater. D’autant plus que, contrairement à beaucoup d’autres jeux, Nintendo a régulièrement fait le choix de concepts de jeux collaboratifs. Comme, par exemple, obliger des bébés pingouins à regagner le nid maternel en bloquant leur passage.

Outre le jeu de plateau, on y trouve un mode excursion en rafting très amusant où les manettes de jeux servent cette fois de pagaies. Les joueurs doivent coordonner leurs mouvements pour échapper aux obstacles et aux pièges, et se diriger vers des ballons qui, chacun, mèneront à un mini-jeu. Les victoires donneront un temps complémentaire pour parvenir à l’arrivée.

Un jeu de coopération dont la richesse est difficile à résumer, qui offrira énormément d’autres surprises aux joueurs, et qu’on peut donc conseiller à des familles comportant des enfants de moins de douze ans.