L’histoire est un éternel recommencement. En 1929, après son périple au pays des Soviets, Tintin revenait par le train à Bruxelles. A son arrivée, une foule en liesse l’attendait, à la très grande surprise d’Hergé. Un événement qui se répèterait pour sa seconde aventure, au Congo celle-là. A l’occasion de la mise en couleurs du premier des deux albums maudits de Tintin, les éditions Casterman tentent de plonger les tintinologues et tintinophiles dans un événement similaire.

Cela va se dérouler les 7, 8 et 9 janvier. Rappelons que Tintin avait commencé son périple le 10 janvier 1929. A 12 ans près, on est donc tip-top dans le calendrier du futur centenaire.

Que nous annonce-t-il ?

"Le 7 janvier", nous expliquent les organisateurs, "il se rendra tout d’abord sur la Grand-Place de Bruxelles pour tenter de retrouver Milou, mystérieusement disparu après son départ en Russie. Les admirateurs seront invités à amener leur Milou dans ce lieu emblématique du tourisme bruxellois et le toutou le plus ressemblant recevra une belle récompense. Un concours de costumes à l’effigie du célèbre reporter sera également organisé. Et pour ne faire de jaloux, tous les participants auront droit à un petit cadeau..

Le 8 janvier, Tintin ira découvrir le lieu entièrement dédié à l’artiste qui l’a créé : le Musée Hergé à Louvain-la-Neuve. Il y fera un passage remarqué en présentant son périple en Russie.

Et pour finir en beauté, Tintin embarquera le 9 janvier dans un train aux couleurs des « Soviets » vers le musée du Train World à Schaerbeek pour participer au lancement de l’album Tintin au pays des soviets en couleur."

Alors que cet album avait déjà connu une édition dans la collection "Archives Hergé" au début des années 70, puis une réédition en petit format comme carte de vœux d’Hergé, afin de lutter contre les éditions pirates, il avait finalement été réédité dans un excellent fac-similé en 1981, deux ans avant la disparition d’Hergé, pour qui il était, depuis des décennies, une épine dans le pied.

Il était toutefois resté en noir et blanc, un obstacle à sa diffusion "tout public", auprès duquel la couleur est indispensable. Casterman, dans sa volonté de continuer à faire vivre le patrimoine d’Hergé, tente de le relancer grâce à une édition colorisée. Un crime de lèse-majesté, sans doute, pour les puristes, qui admirent le travail de création en noir et blanc d’Hergé. Mais si cela permet de remettre Tintin entre les mains d’un nouveau public, c’est un peut-être le prix à payer pour que ce héros de notre enfance puisse survivre dans sa version initiale, et non dans la version marketisée et spielbergisée qui lui a donné récemment une bouffée d’oxygène.

Programme du lancement de Tintin au Pays des Soviets
N.B. Ceci est un communiqué de l'organisateur. Le présent site ne peut donc tenu pour responsable de son contenu.