::: Agenda ::: ::: Lire ::: ::: Jouer ::: ::: Cliquer ::: ::: Bouger ::: ::: Consommer ::: ::: Zapper :::





*** A ne pas rater ***

Pas de conseil particulier pour l'instant.

*** Conseillé par WEEK-ENDS.BE ***

Pas de conseil particulier pour l'instant.
Pour accéder à l'agenda complet cliquer ici

[:::: Imprimer cet article :::: ]

::: Scarlet pratique la vente forcée de Belgacom TV :::

  

"Scarlet one", le forfait téléphonie+internet de Scarlet, a récolté un énorme succès lors de son lancement. Pour moins de 50 €, vous disposiez d’internet à haut débit et de la téléphonie fixe à volonté, jour et nuit. Racheté par Belgacom, Scarlet tente aujourd’hui d’imposer au forcing Belgacom TV à tous ses abonnés. Par des procédés plus que discutables. Une offre qui, par la suite, se révèle piégée.

Cela commence par un coup de fil de Scarlet. Le dialogue donne à peu près ceci :
-  Bonjour, ici Scarlet. J’ai une bonne nouvelle, nous offrons Belgacom TV à tous nos abonnés.
-  Euh... cela ne m’intéresse pas, je ne regarde pas la télévision. Et puis, de mon expérience, Belgacom n’a jamais rien offert, il doit y avoir un piège quelque part.
-  Non, non, Sarlet a été racheté par Belgacom et nous en profitons pour faire profiter tous nos abonnés, gratuitement, de Belgacom TV.
-  Je connais Belgacom : quelques mois après, ils vous font quand même payer un abonnement.
-  Non, non, je vous garantis que cela restera gratuit.
-  Bon, ben si c’est gratuit, pourquoi pas, mais je vous répète que je ne regarde pas la télévision.

Quelques semaines plus tard, vous recevez une lettre de Scarlet "Nous vous remercions d’avoir souscrit un nouvel abonnement". Etonné, vous découvrez que l’on vous a abonné à une nouvelle formule avec Belgacom TV gratuit mais... supprimé la téléphonie fixe à volonté.

Là commence l’enfer : téléphoner au "services clientèles" de Scarlet. Au minimum une demi-heure d’attente à chaque appel. Quand ils daignent vous répondre. Et, à aucun moment, la garantie que votre problème a été résolu.

Donc, après une demi-heure d’attente, cela donne à peu près ceci.
-  Bonjour. Je viens de recevoir une confirmation de soucription à un nouvel abonnement. Je vous signale que je n’ai souscrit à rien et que je veux conserver ma formule actuelle de Scarlet One avec téléphonie fixe à volonté.
-  Mais vous avez Belgacom TV gratuitement.
-  Je ne veux pas de Belgacom TV, je veux la téléphonie fixe à volonté.
-  Bon, c’est noté dans votre dossier.

Vous n’êtes pas sorti de l’auberge.

Quelque temps plus tard, un coup de fil de Scarlet.
-  Bonjour. Je vous signale qu’un technicien passera le XXX pour vous installer une nouvelle Scarlet Box et le décodeur Belgacon TV.
-  Mais je NE VEUX PAS Belgacom TV. Que votre technicien reste chez lui. Je garde ma Scarlet Box actuelle.
-  On doit changer, car le système va évoluer et si vous n’avez pas la nouvelle Scarlet Box, vous n’aurez plus accès au réseau.
-  Bon, mais j’insiste, JE NE VEUX PAS BELGACOM TV.
-  Bon, c’est noté dans votre dossier.

Le XXX, un coup de fil de Scarlet :
-  Bonjour, nous sommes désolés de vous signaler que le technicien est bloqué. Il ne pourra pas venir installer le décodeur Belgacom TV.
-  Mais JE NE VEUX PAS DE CE DECODEUR. Pour moi, on laisse tout comme ça, je n’ai pas besoin qu’il passe pour quoi que ce soit.
-  Bon. Il passera donc le YYY pour installer seulement la Scarlet Box.

Que devinez-vous qu’il arriva le YYY ? Bingo !
-  Bonjour, je suis le technicien de Scarlet, je viens vous installer Belgacom TV.
-  Cela fait des mois que je répète que je n’en veux pas.
-  Mais c’est gratuit...
-  Je m’en fiche, je n’en veux pas !
-  Ah bon, ben j’installe la nouvelle Scarlet Box. Comme ça, je ne serai pas venu pour rien.

Et le technicien repart, son décodeur Belgacom TV sous le bras.

Ouf ! Quelques jours plus tard, dans la newsletter adressée à tous ses abonnés, Scarlet annonce que... la période d’essai de Belgacom TV est terminée et qu’il est désormais possible d’acquérir des bouquets à seulement 5 €... mais laisse généreusement deux ou trois chaînes de base à ceux qui n’auraient pas envie de payer.

Hé ! Hé ! C’était un piège à cons et vous êtes content de ne pas être tombé dedans. Vous, vous gardez votre petit abonnement tranquille à Scarlet One et vous avez la paix. Enfin.

C’est mal connaître Scarlet.

Car, quelques mois plus tard, vous recevez une grosse facture de Scarlet mentionnant un incompréhensible "Services de tiers - débours - art. 28.5 CTVA". Et, la ligne en-dessous, vous lisez l’explication diabolique : "Belgacom TV" !

Vous vous rendez sur le site de Scarlet, dans votre espace client, que vous ne consultez jamais, et vous vous apercevez que, dans les services auxquels vous avez souscrit, il y a... Belgacom TV.

Depuis sept mois !

Ne souhaitant plus vous adresser par téléphone à ce qui ressemble plus à un "sévice clients" qu’à un service clients, vous décidez de porter plainte contre Scarlet pour vente forcée.

Et vous avez bien raison.

Si vous êtes dans le cas, deux adresses auxquelles adresser votre plainte :
-  Le service de plaintes du Ministère des Affaires économiques
-  Le médiateur des télécommunications

(par Patrick Pinchart)


[:::: Imprimer cet article :::: ]


Rechercher sur le site: