En juillet, la Citadelle met sa robe d’été et se prête au jeu du théâtre. Elle ouvre ses portes cette année à une histoire romantique peu commune...Un formidable hymne à l’amour : « Sambre ».

Nous remontons le temps jusqu’en 1847, pour suivre l’amour passionné entre Julie Saintange (Audrey Dero) la braconnière aux yeux rouges et Bernard Sambre (Gauthier de Fauconval), jeune homme romantique, prêt à renoncer à tout pour l’amour de Julie. Autour de leur amour fou, plane l’ombre épaisse et lourde à porter d’une famille qui garde jalousement ses secrets.

Depuis Roméo et Juliette, les histoires d’amour finissent mal en général...
La Légende des Sambre nous emmène du monde étriqué de la vie de province aux rues coupe-gorge du Paris du XIXème siècle où le vent de l’Histoire souffle sur les barricades, où le monde de la peinture et des Arts est en pleine ébullition...Sur un rythme trépidant dans une quête de l’Amour Absolu entre Bernard et Julie.

Après la création de "La Femme silencieuse" de Ben Jonson en 2008, la Compagnie namuroise Act-Hours revient à la Citadelle, avec l’une des plus belles sagas de la bande dessinée.

"Sambre ", un spectacle itinérant dans l’enceinte même de la Citadelle, en plein air, prendra vie grâce à une quinzaine de comédiens dans une mise en scène de Jacques Neefs.

Distribution : Vincent Pagé, Murielle Hobe, Derc’hen Coster, Elisabeth Wautier,...

Scénographie : Laurence Hassel ; Lumières : Mehdi Missoumi ; Costumes : Begoña Suarez

Infos : Citadelle -Terra Nova ; 64, Route Merveilleuse - 5000 Namur
081 65 45 00 - info@citadelle.namur.be - www.citadelle.namur.be

Sambre, du 3 au 18 juillet 2010 à la Citadelle de Namur (Terra Nova)
Représentations du mardi au dimanche inclus à 20h15

Prix des places :
Adultes : 18€
Seniors (60+) : 14€
Moins de 26 ans : 12€

Sur réservation : Théâtre Royal de Namur 081 226 026 ; 070 22 88 88

Parking gratuit à Terra Nova (lieu d’accès au spectacle)

N.B. Ceci est un communiqué de l'organisateur. Le présent site ne peut donc tenu pour responsable de son contenu.