SAADI, AGENCE DE GAIETE
par Siah Bâzi, théâtre populaire d’Iran

Spectacle comique improvisé en persan surtitré
avec Saadi Afshar dans le rôle du Noir

Imaginez une rue d’autrefois. Une rue du sud de Téhéran. Une rue avec des cinémas, des théâtres, quelques cabarets et des troquets. Une rue où tout était vie, fête, convivialité. Une rue qui n’existe plus telle quelle.

Car depuis la révolution, à la place de la fête, de l’art, du divertissement, des grossistes en électricité se sont installés. Presque tout a disparu, a été changé. Presque tout, sauf deux théâtres.

Imaginez le plus ancien de ces théâtres, le plus beau de la ville, dans un état vétuste : le Théâtre Nasr. C’est là que se produisent, plusieurs fois par jour, dans une économie de bouts de chandelle, les comédiens improvisateurs du Siah Bâzi. Des comédiens qui ont tous commencé quand ils étaient enfants et que l’on appelle, dans leur pays, les « ouvriers de joie » parce qu’ils connaissent le pouls du public et savent lui apporter l’eau dont il a soif.

Ce théâtre à la dérive, avec sa troupe qui se bat pour continuer à rire, offre un petit miroir de la société iranienne avec ses frustrations, ses désirs, ses espoirs. Avec ses impasses. Ses mauvais coups politiques. Comme celui-ci : il y a deux ans, le gouvernement ferme du jour au lendemain le Théâtre Nasr. Les « ouvriers de joie » se retrouvent à la rue. Vous imaginez ?

Le film documentaire de Maryam Khakipour qui ouvre la soirée raconte la fin de ce théâtre. On croit assister à la mise à mort en direct de la commedia dell’arte iranienne. A certaine mort, il y a une renaissance. Ariane Mnouchkine touchée au cœur par le drame de ces acteurs les a invités, en janvier de cette année, à se produire au Théâtre du Soleil.

Cette invitation leur a redonné dignité et envie de jouer. Ils ont imaginé une pièce qui réunit acteurs et musiciens et raconte les aventures comiques d’une troupe de Siah Bâzi qui émigre au Japon après la fermeture de leur théâtre... Là-bas, ils vont être dépouillés de leurs dernières illusions... Il ne leur reste qu’une solution pour vivre encore : faire ce qu’ils savent faire de mieux : improviser, jouer, provoquer rires et émotions...

Le Siah Bâzi (littéralement : le Jeu du Noir) est une sorte de commedia dell’arte qui se jouait lors de mariages et de fêtes. Le visage entièrement fardé de suie, la voix éraillée inimitable, le Noir improvise, en partant de canevas traditionnels, des satires truffées d’allusion à l’actualité.

Saadi Afshar, l’un des derniers maîtres de cette tradition sera le Noir de ce spectacle, un spectacle où la satire et la plaisanterie sont une arme contre les humiliations et les vexations subies par les classes inférieures, de là-bas et d’ailleurs.

LE THEATRE NATIONAL
Bd Emile Jacqmain, 111-115 - B-1000 Bruxelles
Infos et Réservations : +32/2/203.53.03 ou
www.theatrenational.be

Spectacle précédé du film de Maryam Khakipour
SIAH BAZI, LES OUVRIERS DE JOIE

Du 17 au 28 octobre 2006 - Grande Salle
Infos et réservations : 02 203 53 03 ou www.theatrenational.be <http://www.theatrenational.be/>

N.B. Ceci est un communiqué de l'organisateur. Le présent site ne peut donc tenu pour responsable de son contenu.