Dès le premier regard, les photographies de la série Dancers fascinent et intriguent. Sommes-nous en présence d’êtres de chair et de sang, ou devant des mannequins pour vitrines de magasin, des cires du musée Grévin ?

À les mieux regarder, à déjouer la fixité de ces regards qu’une lueur avive, la sueur perlant sous le fard qui trahit l’immobilité, comme les signes de leur tension avant d’entrer en scène, l’on comprend que ces danseurs de compétition ont choisi de s’enfermer pour l’occasion dans l’image la plus parfaite, la plus lisse afin que le jury et les spectateurs se consacrent à la ligne des corps, aux couleurs simplifiées des vêtements, aux pas mesurés et réglés que posent dans le tournoiement des robes, entre sensualité et gymnastique, ces icônes d’une éternelle jeunesse.

Ils sont en représentation, photographiés sur le lieu de leur activité comme en témoignent ces indices, un rideau baillant, les griffes sur un mur ou les nervures d’un panneau de bois, contrastant avec l’apparence lisse et artificielle des visages se voulant parfaits.

Morten Nilsson, au-delà des apparences, parvient cependant à saisir la faille, la part d’humanité qui nous touche, comme Diane Arbus précédemment : un geste maladroit, un regard fuyant et inquiet, un coup de flash un peu plus direct, une coiffure défaite ou encore un maquillage qui s’efface.

Morten Nilsson nous plonge dans l’univers bien actuel de la représentation et de l’identité. Dancers devient ainsi une sorte de métaphore du monde occidental, de la consommation et du paraître, de la conformité et des émotions individuelles.

Né au Danemark en 1967, Morten Nilsson a étudié la photographie à la Danish School of Art Photography, puis à la Danish School of Journalism. En 2004, il a exposé dans différentes galeries à New York et en Grande-Bretagne. Il a également participé à des expositions collectives, notamment au Houston Center of Photography, ainsi qu’en divers lieux aux Etats-Unis et en Pologne. Ses photographies de la série Dancers ont été publiées en 2004 dans plusieurs magazines anglais, américains et polonais, dont Photoworks Magazine et le British Journal of Photography.

Une exposition itinérante de la Ffotogallery, Cardiff présentée au Musée de la Photographie avec le soutien de l’Ambassade Royale de Danemark à Bruxelles.

Visite guidée des expositions temporaires pour les visiteurs individuels ou en petit groupe (8 personnes max.)
les dimanches 6 mars, 3 avril et 8 mai à 15h30. Réservation téléphonique souhaitée. PAF : 2,50 € d’entrée et 2,50 €/pers. pour la visite.

Le Musée de la Photographie à Charleroi / Centre d’art contemporain de la Communauté française Wallonie-Bruxelles est ouvert du mardi au dimanche de 10 à 18h, fermé les lundis.

Av. Paul Pastur 11,
B - 6032 Charleroi. Tél. 32 71 43.58.10 - fax 32 71 36.46.45
E-mail : mpc.info@museephoto.be - www.museephoto.be

N.B. Ceci est un communiqué de l'organisateur. Le présent site ne peut donc tenu pour responsable de son contenu.