La troisième exposition de photographie du cycle "Les archives de l’imagination" organisée par le Palais des Beaux-Arts et le FotoMuseum d’Anvers. Celui-ci possède une collection de négatifs sur verre de la fin des années 1940 et des années 1950 provenant des archives du journal anversois Volksgazet.

Paru pour la première fois en 1914, la Volksgazet était structurellement étroitement liée avec le Parti Socialiste belge. La collection des négatifs sur verre contient des prises de vues réalisées par des photographes de presse pour la rubrique ‘nouvelles régionales’ du journal. Outre les traditionnels ‘accidents de voiture’, on trouve des clichés d’événements tels que des cortèges, des défilés, des discours, des célébrations, des procès aux assises, des matchs de football ou de catch, des jeux populaires, des fêtes, des hommages en tous genres, et - dans une moindre mesure - des faits politiques, comme par exemple une manifestation locale.

À première vue, tout ceci ne semble pas bien excitant, du moins en comparaison avec le travail des photographes de presse internationale de cette époque tels que Henri Cartier-Bresson, Inge Morath ou David ‘Chim’ Seymour. Cependant, il y a là de très belles prises de vue. Ce qui saute le plus aux yeux, c’est l’évolution apparente de la société. De photos simples de gens simples : c’est la première impression que l’on a en parcourant ces archives de négatifs sur verre. À y regarder de plus près, les gens qui posent sur les photos se placent clairement dans un rapport collectif, dans une collectivité active. Ensemble, ils partagent autant la tristesse que la joie. Ces photos représentent en images une époque dans laquelle la solidarité et l’esprit de groupe revêtaient encore une réelle importance.

Comme d’autres photos de la Volksgazet, les prises de vue relèvent de la photographie humaniste, une tendance à la mode durant les années 1930-1960. Les photographes cherchent à dévoiler la beauté cachée du quotidien, jusqu’à le sublimer et obtenir une ode aux choses simples de la vie (telles que la famille, l’amitié, l’amour, le jeu, le travail et l’enseignement). L’exposition Family of Man, qu’Edward Steichen a montée en 1955, constitue l’apogée de cette tendance poético-réaliste. L’universalité de la photographie humaniste, avec son cadre ‘socialisant’, fait défaut dans la Volksgazet, du fait notamment que le journal porte plus d’attention aux événements isolés de la vie quotidienne qu’à des considérations générales. Il n’empêche que ces photographes parviennent à mettre en images les aspects les plus remarquables et les plus profonds de la vie de tous les jours en société. Des enfants qui rient, des parents tout fiers, des travailleurs plein d’entrain, des couples célébrant un jubilé, la joie d’être en famille : autant de sujets que l’on retrouve en abondance dans la photographie humaniste. À travers de tels clichés, la Volksgazet se réfère - certes, dans une forme atténuée - à la photographie de propagande telle que les régimes totalitaires de gauche comme de droite avaient pu la développer dans les années 1930.

De toutes ces photos transparaît le fil rouge qui rend ces archives photographiques de la Volksgazet si intéressantes : la vie en société, les masses populaires comme un tout organique, avec comme trame générale un grand projet humaniste. Ce vieil esprit de solidarité a perduré jusque dans les années 1960, après quoi il s’est dilué dans un rythme de vie effréné. Être en groupe dans notre société est devenu plutôt rare. Aussi, c’est désormais l’individu que les photographes mettent surtout en avant. Aujourd’hui, on regarde avec étonnement cette époque que notre société occidentale a à peine quittée, mais qui partout ailleurs - ainsi qu’avec les populations allochtones de l’Europe moderne - reste encore bien présente.

Voir en ligne : http://www.atelier210.be

Informations pratiques

Lieu
Palais des Beaux-Arts
Rue Ravenstein 23
1000 Bruxelles

Dates
17.02 > 25.03.2007

Heures d’ouverture
De mardi jusqu’à dimanche, 10:00 > 18:00
(Sauf lors des concerts en journée)

Prix
Entrée libre

N.B. Ceci est un communiqué de l'organisateur. Le présent site ne peut donc tenu pour responsable de son contenu.