Sous Franco, la bande dessinée espagnole s’adressait surtout à un public d’enfants. L’instauration de la démocratie et la disparition de la censure ont ouvert les portes sur le monde - inédit en Espagne - de la BD d’auteur. Coproduite par l’Institut Cervantès de Bruxelles, l’exposition proposée par le Centre Belge de la Bande Dessinée vise à montrer l’évolution de la BD adulte et ses découvertes, ses hardiesses, ses genres et tendances depuis l’abolition de la censure.

Trente ans de démocratie en Espagne (1975-2005)

Placée dans un contexte historique, « Les dessinateurs de la démocratie espagnole » présente les planches originales et les supports de presse dans lesquels les plus grands auteurs espagnols de ces trente dernières années - Gimenez, Pellejero, Prado ou Torres - se sont épanouis. Elle met également en valeur les étapes ayant mené à cette explosion de créativité et de liberté qui est la marque de fabrique de la BD espagnole moderne.

A quelques rares exceptions près - quelques histoires satyriques, les magazines « Dracula » (1971) ou « Star » (1974) - la presse illustrée espagnole s’adressait, jusqu’à la fin du franquisme, à un public exclusivement composé d’enfants. La mort du dictateur et l’instauration de la démocratie (1975), suivie immédiatement de la levée de la censure, transformèrent brutalement ces magazines. Un monde inédit de conflits politiques et sociaux, une exploration de la sexualité sous différents angles, s’offraient à eux. La disparition de la censure permet la naissance d’une bande dessinée pour adultes appelée en Espagne, BD d’auteur.

Les publications se multiplièrent et les thèmes jadis tabous tels que, d’une part, la guerre civile, le terrorisme, les mouvements ouvriers ou le pouvoir de l’église catholique... et, d’autre part, l’adultère, l’homosexualité et le féminisme, furent traités avec beaucoup d’audace et de spontanéité. Cette explosion de liberté créatrice fut particulièrement vivace durant les années qui suivirent immédiatement l’instauration de la démocratisation, pendant ces années folles (1975-1982) où les Espagnols n’osaient pas encore croire que les libertés démocratiques étaient définitivement leurs.

Conçue par José María Conget en parallèle avec l’édition d’une première anthologie de la BD espagnole, l’exposition montre l’évolution de la BD adulte espagnole et ses découvertes, ses hardiesses et ses genres, ses tendances principales et alternatives. Le commissaire de l’exposition mandaté par l’Institut Cervantès, J.M. Conget (Saragosse, 1948) a enseigné la littérature aux universités de San Marcos et de Ricardo Palma (Pérou). Ecrivain, il a également assuré la direction culturelle des Instituts Cervantès de New York et de Paris.

Centre belge de la Bande dessinée
20 rue des Sables - 1000
Ouvert tous les jours
(sauf lundi) de 10 à 18 heures
Tel 02.219.19.80 - visit@cbbd.be

N.B. Ceci est un communiqué de l'organisateur. Le présent site ne peut donc tenu pour responsable de son contenu.