Un nouveau virus particulièrement pernicieux est apparu en automne. Une fois de plus, il s’attaque aux ordinateurs PC fonctionnant sous Windows, et plus particulièrement aux utilisateurs d’Outlook, la messagerie la plus répandue au monde, dont il profite d’une des failles de sécurité.

Comme bien d’autres avant lui, il ne détruit pas les données du disque dur, mais il s’expédie de manière très subtile à tout le carnet d’adresse de l’utilisateur (dont les destinataires seront inévitablement piégés par un titre de message anodin), et il installe un mouchard sur l’ordinateur, qui enregistre toutes les frappes du clavier (dont, bien sûr, les mots de passe et les numéros de carte de crédit). De plus, il s’attaque aux anti-virus et aux firewalls (barrières logicielles de protection) et il s’installe dans le système afin de s’exécuter à chaque démarrage. Enfin, il fait sauter des sécurités qui permettront ultérieurement à quelqu’un de mal intentionné de consulter les données de la machine et même d’en prendre les commandes à distance.

Le virus s’est répandu à une vitesse stupéfiante. Répétons donc une nouvelle fois les conseils de prudence :
- mettez à jour immédiatement votre anti-virus et n’oubliez pas de le faire chaque semaine ;
- n’ouvrez jamais une pièce jointe, car le virus est caché dedans (malheureusement, Outlook peut les ouvrir automatiquement). Même si vous connaissez l’expéditeur ! Car celui-ci peut avoir été contaminé à son insu. Méfiez-vous plus particulièrement des fichiers dont le nom se termine par .exe, .bat, .pif et .scr.
- téléchargez sur le site de Microsoft la dernière mise à jour d’Internet Explorer, qui sécurise mieux Outlook.
- si vous êtes infecté, téléchargez le vaccin adéquat [1]

Enfin, si vous le pouvez, utilisez un autre navigateur Internet qu’Internet Explorer, et un autre logiciel de courrier qu’Outlook : ce sont les plus attaqués par les pirates.

Article paru dans "Le Ligueur" en 2002.


[1Par exemple, sur SOPHOS.FR.