Ludovic, général héroïque, décide de sauver le pays en prenant le pouvoir par une conspiration, sa seconde d’ailleurs, la première l’ayant conduit au limogeage et en prison ! S’entourant de ses fidèles amis, Bélazor, Lebelluc, Le Docteur et Ledadu, il décide de mettre sur pied un noyau dur de patriotes, prônant un nécessaire retour aux valeurs essentielles de la France. Le général ambitionne de rendre la France grande, propre et rigoureuse et - selon son expression - souhaite extirper les vers qui se sont glissés dans la pomme...

Le général règne sur son petit monde. Combatif, mais progressivement abandonné de tous, il continue de lutter tel un Don Quichotte contre les moulins, essayant de retenir le mouvement inexorable de leurs ailes. Et bientôt de découvrir l’inutilité de sa conspiration devant la marche triomphale des vers dans le fruit...

Anouilh emprunte certains traits à Alceste ou à Don Quichotte et nous livre un personnage entier et excessif. Amoureux aussi, attendrissant et ridicule dans son désir de pureté absolue. Sa devise pourrait être la nostalgie n’est plus ce qu’elle était ou mieux Que revivent les vélos rouillés ! ... ou encore : Les Anciens lavaient plus blanc !

Sans oublier non plus cette réflexion de Benjamin Constant, vieille de deux siècles, et qui nous laisse rêveurs : Le but des ouvriers était le partage du pouvoir social entre tous les citoyens d’une même patrie. C’était là ce qu’ils nommaient liberté. Le but des modernes est la sécurité dans les jouissances privées, et ils nomment liberté les garanties accordées par les institutions à ces jouissances.

- 18, 19 et 31.12.2008
- 19:30
- Catégorie 1 :
étudiants 10 € - pensionnés 22 € - adultes 24 €
- Catégorie 2 :
adultes / pensionnés 16 € / étudiants 10 €
- Théâtre Jean Vilar
Rue du Sablon - Place Rabelais Louvain-la-Neuve

N.B. Ceci est un communiqué de l'organisateur. Le présent site ne peut donc tenu pour responsable de son contenu.