‘Etre mère, c’est l’enfer !’ écrit Alphonse Daudet dans l’Arlésienne... Etre père se révèle parfois tout aussi malaisé ! Etre fille n’est pas non plus si confortable... Surtout si des parents, amants d’exception, sont devenus avec le temps des complices égoïstes et tendres.
Danielle Darrieux, Jean Piat et Béatrice Agenin (sous réserve) incarnent les personnages passionnés de la pièce d’Ernest Thompson.

Ce pourrait être un sujet de tragédie, puisqu’au fond “tout le monde a un peu raison”. Par bonheur, La Maison du Lac est une comédie. Elle obéit à la règle essentielle du genre qui est de plaire, de divertir et “de faire rire les honnêtes gens”. Tout y est dit... Mais l’amour, le charme et l’humour - vertus essentielles à la ville comme à la scène - permettent toutes les rudesses, toutes les franchises en évitant de trop grands déchirements.

Trois raisons de présenter une nouvelle version de La Maison du Lac.

Avoir tout d’abord gardé en mémoire les images d’un film aux 5 Oscars, tourné 25 ans plus tôt par Henry Fonda et Katharine Hepburn... Avoir également conservé le souvenir de la pièce américaine adaptée en français - à l’origine du film - et jouée par Jean Marais et Edwige Feuillère... Recevoir la proposition d’en écrire 20 ans plus tard - avec ma fille - une version nouvelle, inspirée à la fois de la pièce et du film... avec comme supplément au programme, le bonheur d’apprendre que Danielle Darrieux jouerait volontiers le rôle principal et devenir, à cette occasion, son partenaire. C’est une quatrième raison. Et ce n’est pas la moindre.

Jean Piat

- 28.11.2008
- 20:30
- Etudiants 15 € / pensionnés 28 € / adultes 30 €
- Centre culturel - Théâtre
- Avenue des Combattants, 41 à Ottignies

N.B. Ceci est un communiqué de l'organisateur. Le présent site ne peut donc tenu pour responsable de son contenu.