Nous sommes en Autriche, un peu avant la Seconde Guerre mondiale au
moment de l’Anschluss. Maria, une jeune postulante au couvent de
Nonnberg est envoyée comme gouvernante de 7 enfants d’un veuf, le
capitaine Georg von Trapp. Depuis la mort de sa femme, le Capitaine élève
ses enfants durement comme des militaires et ne tolère plus la fantaisie dans
la maison. Maria tentera de ramener la joie de vivre par la musique. Le
capitaine se voit proposer un nouveau commandement dans la Marine...
dans l’armée du Troisième Reich.

Comment trouver mon chemin dans les montagnes de la vie ? Comment
rendre le goût de la vie à mon père ? Comment la musique adoucit-elle les
mœurs ? Comment vivre l’amour quand tonne au lointain l’orage de
l’annexion de mon pays ? Comment rester fidèle à moi-même sans mettre en
danger les miens ? Comment, en somme, composer la mélodie de mon
bonheur ?

Voilà des questions qui chatouillent ou déchirent les personnages de cette
comédie musicale immortelle. Pour les réponses, venez vous faufiler avec
nous entre nos douze demi-cubes. Douze demi-cubes assemblables comme
les douze demi-tons avec lesquels on peut inventer toutes les mélodies. Alors
pourquoi pas celle du bonheur...

La Mélodie du bonheur est une comédie musicale inspirée de la biographie
familiale de Maria Augusta Trapp, La Famille des chanteurs Trapp.

En 1956, le livre est porté pour la première fois à l’écran en Allemagne par le
réalisateur Wolfgang Liebeneiner. Il s’agit du film "Die Trapp-Familie".

Le film attire l’attention de célèbres dramaturges américains qui décident
d’en faire une comédie musicale. Sur la musique de Richard Rodgers, les
paroles d’Oscar Hammerstein II et une histoire de Howard Lindsay et Russel
Crouse, la pièce « Sound of music » débute à Broadway au Lunt-Fontanne
Theatre le 16 novembre 1959.

Le film « Sound of music », sorti en 1965, reçut l’Oscar du meilleur film de
l’année. Robert Wise gagna l’oscar du meilleur réalisateur pour cette
production où Julie Andrews joue Maria et Christopher Plummer est Georg
von Trapp.

Une histoire vécue

La Mélodie du Bonheur est tirée d’une histoire vécue : Maria von Kutschera,
née à Vienne, se destinait à être novice au couvent des Bénédictins de
Nonnberg à Salzbourg, lorsqu’elle fut envoyée par la mère supérieure comme
gouvernante auprès du baron Georg Ritter von Trapp, veuf depuis peu, pour
s’occuper de ses sept enfants. Peu après, Maria épousa le baron et au début
des années 30, elle créa une chorale familiale qui donna en Autriche nombre
de concerts.


Après l’Anschluss en 1938, la famille se vit dans l’obligation de prendre la fuite
et ses activités musicales restèrent sa seule source de revenus. Cela lui permit
tout de même de s’installer aux Etats-Unis, où elle acheta en 1941 une ferme
dans le Vermont (Stowe) et s’établit au fil des ans en tant que "Trapp Family
Lodge". La "Trapp Family Lodge" est aujourd’hui un hôtel qui remporte un
succès incontestable.

9 représentations
du 28 septembre au 28 décembre 2008
à l’Espace Toots et au Kladaradatsch

Une représentation supplémentaire aura lieu le vendredi 26 décembre à 19h30
Au Théâtre Molière
Galerie de la Porte de Namur
Square du Bastion 3
1050 Ixelles

Réservations : colyriques@scarlet.be - 02 734 49 40

www.Colyriques.be

N.B. Ceci est un communiqué de l'organisateur. Le présent site ne peut donc tenu pour responsable de son contenu.