Polémique dans le milieu zythologue belge : un concours a médaillé la bière Tripick dans des conditions qui, selon les spécialistes, sont contestables. La marque a sauté sur l’occasion pour communiquer sur le fait qu’elle était "meilleure bière belge". Un titre qui ne fait pas l’unanimité...

Les prix sont souvent sujets à polémique, chaque édition des prix littéraires ou des éditions des "Miss" le rappelle. Le phénomène touche cette fois le monde de la bière.

Les faits : les World Beer Awards ont décerné des prix à diverses bières qui avaient payé pour participer au concours. La Tripick a été primée pour ses deux bières, une blonde 6° et une triple 8°,ce qui a permis à ses créateurs d’annoncer qu’elle était la meilleure bière de Belgique. Mais ce titre a rapidement été contesté par les spécialistes, qui remettent également en cause le sérieux de ce genre de concours.

Malgré tout, la presse a rapidement relayé l’information, comme par exemple Flair et La Libre Belgique, qui recopie carrément le communiqué de presse de la marque sans aucun recul critique.

La DH conteste

Le retour de flammes a eu lieu dans un second temps. "Comme les concours de vins et de boudins, les concours de bière comptent un nombre presque infini de catégories. Et c’est en jouant sur celles-ci que les commerciaux de l’étiquette Tripick auraient raflé leurs titres de meilleures bières belges au World Beer Award il y a quelques semaines." explique la Dernière Heure.

Le journal cite David Soors, patron des magasins Beer Market de La Louvière et Namur, qui refuse de la vendre. Selon lui, "les créateurs de cette marque font preuve d’une certaine malhonnêteté intellectuelle". Le World Beer Awards comporte beaucoup de catégories. Parmi celle des basses fermentations où concourraient les Tripick, il y a déjà 12 sous-catégories. "On se demande ce que faisaient ces bières dans la famille des lagers, car les Tripick sont de haute fermentation, comme presque toutes les bières belges. Ce sont les propriétaires qui ont choisi la sous-catégorie strong lager où on ne rencontre (presque) aucune bière belge car ce n’est pas notre tradition brassicole" , dit-il.

La RTBF en rajoute

Sous le titre "Non, la Tripick n’est pas la meilleure bière du monde", la RTBF démonte le système.
"Si on examine d’un peu plus près les récompenses attribuées par les World Beer Awards, on s’aperçoit en effet que les catégories et sous-catégories sont nombreuses (il y en a 71 !), et qu’en plus du gagnant "mondial", un "country winner", un gagnant par pays est désigné. Mais quand plusieurs bières du pays concourent, les autres concurrentes reçoivent une mention "Gold", "Silver" ou "Bronze" selon la qualité estimée de la bière.

La RTBF cite encore David Soors, qui "regrette que sur base de "cette médaille sans valeur", la campagne de communication ait été lancée et surtout qu’il ait été suivi d’un "relais médiatique naïf et tronqué, avec comme effet inévitable le public qui veut goûter cette bière inconnue dont tout le monde parle", alors qu’"il s’agit d’une opération marketing reposant sur une déformation des faits"."

Beertime aussi

Quant au site Beertime, il ne décolère pas, d’autant plus qu’il a reçu une mise en demeure de la marque qui lui a interdit de la citer dans son article.
"La bière en question n’est :
- ni la meilleure bière puisqu’elle a simplement été élue la meilleure bière dans sa catégorie
- ni la meilleure bière dans son style puisqu’en fait il s’agit d’une bière d’un autre style
- ni la meilleure tout cours, puisqu’il n’existe aucune concurrence dans cette catégorie
Pour résumer, cette bière a été récompensée dans un style qui n’est pas le sien, dans une catégorie où il n’y a pas d’adversaire, le tout en étant brassée à façon.
Voici comment devenir habillement la meilleure bière du monde en un tour de passe-passe."

Et il met carrément en cause le sérieux du concours : "Les World Beer Awards sont une pure fumisterie.(..) Le principe est simple, pour bénéficier de médailles et mieux vendre la bière, les brasseries (ou même les bières à façon) payent un petit cachet (droit d’entrée) pour obtenir une médaille. Face à l’extrême segmentation du concours, la plupart des candidats sont auréolés et se targuent d’être la meilleure bière du pays. Les journalistes reprennent bêtement l’information sans même analyser quoi que ce soit "

Cela dit, nous avons pu trouver une bouteille de cette bière, dans sa version triple 8° et elle est excellente. Elle n’avait pas besoin de cette mascarade — le bad buzz dont elle est désormais la cible en est la conséquence — qui, selon la Dernière Heure, est "une façon de tromper le consommateur", pour convaincre qu’elle est de qualité. Au moins, désormais, elle est connue.