Surfer sur la vague du succès... c’est ce que font les producteurs de cinéma qui, lorsqu’un film a du succès, tentent de le retrouver avec des suites. Parfois pour le cinéma, parfois exclusivement en DVD.

Rares sont les suites qui atteignent les qualités d’un premier épisode à succès. L’exception, c’est Pixar, le studio d’animation 3D qui a totalement renouvelé le dessin animé traditionnel avec des films aussi réussis que "Monstres et Compagnie", "Le Monde de Nemo", "Les Indestructibles" et, bien sûr, "Toy Story", le film qui les a lancés grâce à sa créativité et à son humour décapant. "Toy Story 2" est du même niveau. On y retrouve les protagonistes du premier opus, avec le cow-boy Woody en mauvaise posture puisqu’il vient de se faire enlever par un collectionneur de jouets. Buzz l’Eclair prend la direction d’un commando de sauvetage et, avec l’aide Monsieur Patate, du tyrannosaure Rex et de quelques autres jouets, traverse la ville pour le sauver. Le rythme effréné des gags justifie le succès en salles de ce second titre, qui se voit gratifier, dans une "édition spéciale" en DVD, de quelques bonus plus ou moins intéressants. Quelques scènes coupées et un faux bêtisier, un test, une très oubliable séquence en japonais et l’inévitable "making of", qui intéressera certainement les adultes mais qui, n’étant pas doublé, laissera les enfants de marbre. Les fans devraient apprécier de revisionner le film avec les commentaires des réalisateurs, en version originale sous-titrée. Deux scènes coupées complètent les bonus de cet excellent DVD.

Un monstre craquant

"Lilo et Stitch", s’il a connu le succès au cinéma, n’a pas eu de suite sur grand écran. Comme cela arrive de plus en plus souvent, "Lilo et Stitch 2" s’est directement retrouvé gravé sur DVD. Ce qui ne signifie pas, contrairement à d’autres titres équivalents des studios Disney, une animation moins poussée et un scénario plus léger. Le petit monstre bleu venu de l’espace continue de semer le désordre et la panique sur ce qui devrait être une île paradisiaque du Pacifique, au grand désespoir de sa petite copine Lilo. Les gags sont nombreux et l’émotion est au rendez-vous... sauf dans les bonus, plutôt légers. Un clip de musique hawaïenne ringard, un mini dessin animé expliquant l’origine de Stitch, et deux jeux à l’attrait limité. Cela n’ôte rien à l’intérêt du dessin animé, mais Disney nous avait habitués à mieux.

Choupette est de retour

Et la coccinelle ? La sympathique voiture issue des usines de Volkswagen avait fait le bonheur des jeunes adultes des années 60 et 70 avant de disparaître, et d’être plus tard remplacée par la Beetle. La boucle est bouclée grâce à cette suite de la série de films des années 60, qui avaient réussi à humaniser une simple voiture et à en faire la vedette de films pour enfants : la vieille VW va tomber amoureuse d’une jeune Beetle.
Trois suites inégales avaient fait passer Choupette du statut de star à celui de "has-been". "La coccinelle revient" tente de la remettre au goût du jour, dans un film tonitruant, où l’on a cependant du mal à retrouver la densité de gags du premier épisode - mais il faut se méfier de ses souvenirs nostalgiques. On trouvera, dans les bonus, une kyrielle de scènes coupées, un bêtisier plutôt bof, un clip de Lindsay Lohan, divers documentaires de making of et les commentaires audio de la réalisatrice Anghela Robinson. Les premiers films sont toujours disponibles séparément ou en coffret.

Et si vous préférez les versions originales...

Disney réédite régulièrement, sous diverses appellations ("Edition spéciale", "Edition collector"...), les grands classiques de son catalogue, dont quelques films affichant, sans une ride, de nombreuses décennies d’âge.
La version "2-disc special edition" de Cendrillon offre ainsi la version "remastérisée" de l’un des plus célèbres films de Disney, agrémentée de clips et documentaires américains sans aucun intérêt, mais heureusement complétée d’un CD de bonus plus heureux. Celui-ci propose deux scènes coupées, un ancien reportage télévisé et de vieilles émissions de radio de la fin des années 40, des chansons inutilisées, des jeux et un making of. On sent que les studios Disney ont gratté les fonds de tiroir pour remplir ce DVD de documents rarissimes pour archi-fans.
Quant au magnifique film "La Belle et le Clochard", il sera disponible, dès le 22 février, en "Édition Spéciale 1 DVD" avec des scènes inédites, des jeux et le ‘making of’, et en "Édition spéciale 2 DVD", contenant, en plus, des scènes inédites et d’autres bonus.

Article paru dans Le Ligueur en 2006.