Une étonnante rencontre, une amitié singulière entre un jeune homme qui se cherche et une “vieille indienne” des temps modernes. Un hommage à cette insoumise où se mélangent humour, tendresse et poésie...

À l’époque, j’avais encore tous mes cheveux.
Je me rasais pour essayer d’avoir de la barbe.
Je venais d’avoir mon permis de conduire.
Et je l’ai rencontrée.
Elle vivait seule dans une petite ferme, au milieu des champs.
À dix minutes de chez moi. Elle me fascinait. Elle portait des robes colorées, des fichus à fleurs.
Elle avait un manteau élimé et, à l’épaule, une éternelle sacoche qui devait contenir mille secrets. Sa bizarrerie m’attirait.
Marie devait avoir dans les 80 ans.
Une Marie, tout le monde en a une dans sa rue ou dans ses souvenirs. Elles élèvent des poules pour les manger. Elles marchent tranquilles
le long des autoroutes de la communication. Sans se retourner.
Elles cultivent des légumes de l’autre côté du réseau internet.
Et ça pousse ! Et ça a du goût ! Un goût d’authenticité, de simplicité. Un parfum de tendresse, de naïveté, d’humour.
Allez... y’a pas d’avance Marie. Faut y aller !
Mais avant, raconte-nous ta vie. Une vie au bord du monde.

Seul en scène, Jean-Luc Piraux incarne tour à tour cette vieille dame fougueuse, le jeune homme qu’il était à 17 ans lorsqu’il la rencontra et l’homme qu’il est devenu aujourd’hui, 30 ans plus tard.

- 29 (14h30) et 30.01.2009 (20h30)
- Etudiants 5 € / pensionnés 10 € / adultes 12 €
- Centre culturel - Théâtre
Avenue des Combattants, 41 à Ottignies

N.B. Ceci est un communiqué de l'organisateur. Le présent site ne peut donc tenu pour responsable de son contenu.