::: Agenda ::: ::: Lire ::: ::: Jouer ::: ::: Cliquer ::: ::: Bouger ::: ::: Consommer ::: ::: Zapper :::





*** A ne pas rater ***

Pas de conseil particulier pour l'instant.

*** Conseillé par WEEK-ENDS.BE ***

Pas de conseil particulier pour l'instant.
Pour accéder à l'agenda complet cliquer ici

[:::: Imprimer cet article :::: ]

::: Equipement informatique : la rentrée sans se ruiner :::

  

Signe des temps, l’informatique est désormais entrée dans les écoles et il n’est plus possible de se passer, ni d’ordinateur, ni d’Internet. Comment équiper son enfant sans trop grever son budget "rentrée" ?

Témoignage d’un professeur : "Les élèves qui n’ont pas d’email sont nettement défavorisés. La plupart des informations administratives sont désormais envoyées par ce biais". Le message est clair. Et le nombre de travaux à domicile qui nécessitent des recherches sur Internet le confirment : il n’est plus possible de se passer d’un ordinateur.

Autrefois coûteux, l’ordinateur s’est démocratisé. Mais il peut rester un produit cher si l’on se fie aux messages du marketing qui tentent de nous faire considérer comme obsolètes toutes les machines qui ont plus d’un an et de nous pousser à acheter la dernière en date, ultrapuissante.

Or, sauf besoins spécifiques ou postes dédiés aux jeux (pour cela, préférez les consoles, plus performantes), le commun des mortels peut se contenter d’une configuration bon marché. Finalement, les besoins d’un élève se limitent au traitement de texte et au tableur, surfer sur Internet, lire et envoyer des mails, et éventuellement écouter de la musique, visionner ou retoucher des photos, et regarder un DVD. Pas besoin d’une bête de course pour cela.

Du côté du neuf

Les prix baissent, c’est très net et l’on peut le voir sur les affiches publicitaires des grandes marques qui multiplient les offres. Mais ces ordinateurs "propriétaires" sont fermés : difficile de les faire évoluer en cas de besoin et dépendance par rapport à un service après-vente distant. C’est du côté des petits magasins spécialisés locaux, qui montent eux-mêmes les ordinateurs en fonction des besoins spécifiques des clients que l’on trouvera les solutions les plus intéressantes. L’avantage, c’est que, ayant monté lui-même la machine, le vendeur pourra vous aider rapidement en cas de problème. Chez Zenith Computer , par exemple, sur base des besoins précités, on nous a proposé un ordinateur neuf à 250 €, auquel il faut ajouter un écran, un clavier et une souris, soit au total un peu moins de 450 € tout compris pour un ordinateur qui devrait résister au temps.

Des occases garanties

Si ce budget est trop élevé, on se tournera vers le marché du seconde main. Chez Comex, par exemple , on s’est spécialisé dans la récupération d’ordinateurs de sociétés qui renouvellement leur parc. "Le matériel neuf à prix abordable est bas de gamme et systématiquement de piètre qualité", nous explique-t-on. "Le matériel que nous proposons a fait ses preuves. Il est contrôlé et nettoyé". L’ordinateur est garanti six mois, avec une possibilité d’extension à 1 an. Oxfam Solidarité fait de même, en proposant à bas prix des ordinateurs d’occasion vérifiés par ses soins.

Tout un marché de seconde vie s’est ainsi constitué, permettant d’éviter d’entasser dans les décharges les ordinateurs dont n’ont plus besoin les entreprises alors qu’ils peuvent encore être utiles aux particuliers.

Vive la liberté !

L’achat de l’ordinateur n’est pas tout. Encore faut-il payer le système d’exploitation et les logiciels, dont le coût peut être élevé. Une solution à cela : les logiciels libres. En lieu et place de Windows, pourquoi ne pas installer Linux , un système d’exploitation qui a fait ses preuves et que le bouche à oreille a rendu très populaire. Il est gratuit et soutenu par une vaste communauté qui le développe bénévolement. Il demande une certaine période d’adaptation, mais le jeu en vaut la chandelle car il propose une kyrielle de logiciels le plus souvent gratuits, tout aussi performants que les logiciels commerciaux développés pour Windows ou MacOS (que vous ne pourrez, par contre, pas y utiliser, sauf dans le cas de firmes qui ont l’intelligence de développer également une version Linux). L’idéal, pour débuter, est de contacter l’un des nombreux "LUGS" ("Linux Users Groups" ) de Belgique, où l’on se fera une joie de vous installer le système d’exploitation et ses logiciels, et de vous initier à son utilisation.

Mais sans aller jusqu’à installer Linux, on trouvera sur Internet nombre de logiciels libres pour Windows ou MacOS, qui permettront de maintenir le budget "logiciels" à un niveau raisonnable .

Article paru dans Le Ligueur en 2008.

(par Patrick Pinchart)


[:::: Imprimer cet article :::: ]


Rechercher sur le site: