::: Agenda ::: ::: Lire ::: ::: Jouer ::: ::: Cliquer ::: ::: Bouger ::: ::: Consommer ::: ::: Zapper :::





*** A ne pas rater ***

Pas de conseil particulier pour l'instant.

*** Conseillé par WEEK-ENDS.BE ***

Pas de conseil particulier pour l'instant.
Pour accéder à l'agenda complet cliquer ici

[:::: Imprimer cet article :::: ]

::: Antidote : le remède à la dysorthographie galopante :::

  

Il ne faut pas plus de dix minutes, où que l’on soit, pour se rendre compte que l’orthographe n’est plus ce qu’elle était. Mais il y a une solution à l’épidémie.

Campagne de pub sur 20 m2 avec une coquille dans le slogan pourtant minimaliste, articles de journaux truffés de fautes, menus de restaurant rédigés de manière...euh, créative, quand ce ne sont pas des discussions dans des forums où toute règle grammaticale a été réduite aux approximations des SMS, les atteintes à l’orthographe nous ont envahis. “Antidote”, l’une des meilleures armes dans la chasse aux erreurs, s’offre une refonte complète et s’ouvre à la langue de Shakespeare.

L’orthographe n’est plus la priorité de l’enseignement depuis des décennies. Et nous en payons aujourd’hui le prix. La généralisation de l’outil informatique n’améliore pas la situation. Tous les correcteurs le savent, il est très difficile de détecter les fautes sur un écran. Et se fier à la correction automatique des traitements de texte est inutile. Soyons clairs, ils sont dans leur immense majorité totalement incompétents, et sont tout juste capables de s’apercevoir des effets de maladresses de frappe ou de trouver des mots qui n’existent pas dans leur dictionnaire intégré.

Tous les correcteurs ? Non. L’un d’entre eux résiste encore et toujours à l’envahisseur dysorthographique. Il s’appelle Antidote. Il est québécois. Et il est efficace. Ce qui est rare.

JPEG - 77.7 ko
Antidote 9

Minimum requis

Mettons immédiatement les choses au point : vous ne pourrez pas vous fier à 100 % à un correcteur, quel qu’il soit. La langue française est trop complexe pour faire confiance à un simple logiciel. Quel que soit votre choix, il ne vous dispensera pas d’un minimum de bases dans le labyrinthe des règles orthographiques.

Cela étant dit, on ne peut qu’être admiratif devant cet ensemble d’ouvrages de référence qui s’installe tout simplement dans la plupart des logiciels de votre ordinateur, prêt à réagir lorsqu’il détecte une anomalie. Vous pouvez également copier du texte dans son correcteur pour qu’il le passe en revue au travers de ses filtres. Le premier est linguistique

Il remplace les ouvrages de référence qui trônaient précédemment sur les bureaux, et à qui il donne un aspect “vintage”. Ils sont désormais là pour la déco. On ne les ouvre plus. Il contient - et cela justifie son prix - plusieurs dictionnaires : définitions, synonymes, antonymes, citations, conjugaisons. Pour chaque mot, il vous donne des aides à la rédaction comme les cooccurences les plus fréquentes dans la langue française, leur champ lexical (des termes proches qui peuvent vous donner un petit coup de pouce quand vous cherchez un mot “que vous avez sur la langue”), leur famille (les autres mots ayant les mêmes origines), leur étymologie. Un régal pour tous les amateurs de la langue française !

Les nouveautés

L’éditeur nous signale l’apparition de nouveaux mots qui témoignent de l’imagination fertile des Québecois à inventer des mots en réaction aux néologismes anglo-saxons, comme “égoportrait” pour “selfie”

Mais cela n’est que le départ. Car Antidote est aussi un puissant analyseur de phrase, qui part à la recherche de lourdeurs de style, de répétition, de choix de mots peu adaptés. C’est sa partie “correcteur”. Très efficace, par exemple, lors de l’envoi des courriels, car non seulement il signale les soucis de texte, mais en plus, il veille au grain afin de nous signaler l’erreur la plus courante : l’oubli d’une pièce jointe.

L’énooooorme nouveauté de cette nouvelle version est la naissance d’un petit frère jumeau. Antidote est désormais parfaitement bilingue français-anglais. Ce n’est pas un dictionnaire de traductions. Non, c’est Antidote, avec tous ses outils, guides et dictionnaires, tel qu’on l’admire depuis 20 ans au moins, mais en version anglaise. En toute transparence. Il détecte la langue utilisée dans le texte ou la portion de texte et s’adapte. Intelligemment. En recherchant les erreurs typiques des francophones lorsqu’ils s’expriment an anglais, avec les traductions trop littérales ou les fameux “faux amis”. Une cohabitation efficace et pacifique... ce qui n’a pas toujours été le cas dans les rapports entre les deux langues ou les deux cultures !

Une fois installé, Antidote devient irremplaçable. On s’y réfère à longueur de journée. Tout en restant critique par rapport à ses suggestions. Car la langue française est trop complexe pour qu’on se fie aveuglément à un logiciel. Mais en regardant autour de soi (voir début de cet article), on en vient à regretter que ce formidable outil, même s’il n’est pas parfait, ne puisse pas être d’office intégré au cerveau de tous les communicants et graphistes afin que s’arrête cette chute vers les enfers de l’orthographe française. Espérons que les géniaux développeurs d’Antidote trouveront le moyen de réaliser cette puce cérébrale pour sa prochaine version !

Ce produit peut être acheté sur Internet

(par Patrick Pinchart)


[:::: Imprimer cet article :::: ]


Rechercher sur le site: