::: Agenda ::: ::: Lire ::: ::: Jouer ::: ::: Cliquer ::: ::: Bouger ::: ::: Consommer ::: ::: Zapper :::





*** A ne pas rater ***

Pas de conseil particulier pour l'instant.

*** Conseillé par WEEK-ENDS.BE ***

Pas de conseil particulier pour l'instant.
Pour accéder à l'agenda complet cliquer ici

::: Randonnées du vertige à la sauce dolomitique :::

Chaque année, le Club Alpin Belge invite les amateurs dans le massif des Dolomites, pour un grand rassemblement de via ferrata. Une facette très sécurisante de l’escalade, qui permet d’atteindre les hauts sommets sans être un expert en grimpe ou en techniques d’alpinisme.


Littéralement, une "voie ferrée". Elle remonte au début du siècle passé. Alors que les Français, Belges et Allemands s’adonnaient aux plaisirs du massacre dans la boue des tranchées, dès 1914, le méchant Kaiser d’Autriche attendit 1915 pour attaquer ses voisins, les gentils Italiens et entamer un autre joyeux massacre en plein air et dans de plus jolis paysages que les plaines embrumées du Nord.


Pour pratiquer la via ferrata, il faut... des vias ferratas. Soit des voies d’escalade équipées de câbles auxquels on peut s’accrocher avec une longe spéciale, pour grimper en toute sécurité. Et des voies comme celles-là, en Belgique, il y en a encore peu.


Si l’on ne tient pas compte du trajet (en covoiturage, c’est parfait) et du logement (location d’appartement, chambre chez un particulier ou dans une pension ou, pour les courageux qui n’ont pas peur de la pluie, le camping), le budget se limite aux frais de télésièges ou téléphériques. La montagne reste encore, en-dehors de cela, gratuite. Ouf !


La météo dolomitique est précise comme un coucou autrichien : à 16 heures tapantes, pratiquement tous les jours, les premières gouttes tombent. Annonciatrices d’orages spectaculaires. D’où l’obligation d’être revenu à la voiture avant l’heure fatidique. Et donc, de se lever dès potron minet pour être très vite au pied de la voie. Les Dolomites appartiennent à ceux qui savent se lever tôt.


Les grimpeurs ont leur personnalité, aussi. Et c’est fou ce que la via ferrata peut révéler vite le caractère de quelqu’un.


::: Happy End :::

Mais bon, tout ça n’a pas vraiment d’importance, car l’essentiel est quand on arrive là-haut, tout là-haut, au sommet, étonné de toucher la fin du câble, déjà. Car, quels que soient les efforts, quelles que soient les difficultés, quelles que soient les épreuves, c’est toujours trop court. Mais quel bonheur que ce moment-là, quand on détache les longes du câble, tout heureux de se trouver là.



Rechercher sur le site: