Plusieurs cocktails molotov ont été lancés sur la façade du Musée de la photographie de Charleroi (sud de la Belgique), où est accroché depuis une dizaine de jours un grand nu du célèbre photographe japonais Nobuyoshi Araki, a indiqué la direction du musée.

Les "deux ou trois" cocktails molotov n’ont occasionné que peu de dégâts, la grande toile tendue sur la façade n’ayant pas pris feu, a expliqué la porte-parole du musée, Cécile Druart, en précisant qu’une plainte avait été déposée.

La photographie visée représente une Japonaise nue, le sexe caché par des plumes, les bras gantés et les jambes gainées de bas noirs (voir reproduction sur cette page). Selon la porte-parole, depuis son ouverture, la rétrospective Araki a suscité des protestations de gens "outrés" par le sujet abordé par le photographe, connu pour ses nus sulfureux.

Des personnes ont dit que c’était honteux et un homme a promis de +casser la gueule+ au directeur", a ajouté Mme Druart.

"On ne peut que s’indigner d’un tel extrémisme qui s’en prend aux images comme dans les pires théocraties", a déclaré dans un communiqué le directeur du musée, Xavier Canonne.

Le responsable estime également "déplorable" que d’autres photographies placardées ces dernières années sur le musée "n’aient pas suscité une telle indignation".

"La guerre, la misère, les mines antipersonnel seraient-elles plus acceptables au XXIe siècle que la représentation d’un corps de femme ?", s’interroge M. Canonne dans ce communiqué.

"Il n’est pas question de se laisser impressionner, de céder à la menace et de retirer cette affiche", a-t-il ajouté.

Source : AFP

Photographie : Nobuyoshi Araki.