Opinion

Les archives de Google sont impitoyables pour les hommes politiques qui retournent leur veste ou mentent aux électeurs.

Que disait Didier Reynders avant les élections de 2014 ?

Par exemple, ceci : « Le MR refuse toute alliance avec la N-VA »

Et pourquoi disait-il ceci ? « Il n’est pas question de prendre dans la coalition un parti qui a un projet totalement destructeur pour la Région bruxelloise. Et pour moi, c’est la même démarche au fédéral : la N-VA a aussi un côté destructeur pour l’avenir de l’Etat (…) Si on est autour de la table, nous demanderons de privilégier une majorité sans la N-VA. »
Ben tiens...
Depuis, on accusait Charles Michel de mensonge. Ce n’est pas gentil, car il n’était pas seul.

Tiens, et à propos, que disait Charles Michel ?

On lit aussi en 2014 : "Dans De Standaard, le président du MR, Charles Michel, affirme également que si son parti à l’initiative, la N-VA ne fera pas partie du gouvernement, tant au niveau fédéral qu’à Bruxelles.
M. Michel ajoute qu’il a énormément de respect pour le choix des électeurs flamands et qu’il tient uniquement à fournir de la clarté sur la position de son parti."
Ah ben oui, il était très clair. L’avenir l’a montré.

Il se confirme que, dans l’ADN du MR, figure en bonne place le bon vieux mensonge aux électeurs qui lui a permis d’être souvent élu par le passé. Il n’y a pas de raison que les promesses de 2019 ne bénéficient pas du même phénomène.

#elections2019 @ecolo @MR_officiel #MR2019 #Europeennes2019 #EP2019