Opinion

Si l’on investigue la communication du MR pour les prochaines élections, on se rend compte qu’elle vise en priorité à dénigrer à tout vent le parti Ecolo. Pas à présenter un programme crédible. Les spécialistes en communication du parti imaginent des formules choc à placer n’importe où, n’importe quand. Avec des mots excessifs. Si possible, qui font peur.

Petit florilège de ces dernières semaines made in MR : "Ecolo veut MASSACRER la classe moyenne", "Le projet d’Ecolo va faire EXPLOSER le nombre de gilets jaunes", "Le programme d’Ecolo peut amener un TSUNAMI fiscal", "Ecolo fait de l’écologie MESSIANIQUE" ou encore "Le conglomérat de gauche, c’est TAXES, TAXES, TAXES".

On appelle cela des "punchlines". Leur but est d’amener une image forte chez des personnes qui ne s’informent pas, qui ne vont pas tenter d’en savoir plus. Une punchline ne doit pas être basée sur une réalité ni être démontrée. Elle parie sur la bêtise des personnes à qui elles s’adressent.

Quand un parti politique base sa campagne électorale sur des punchlines agressives imaginées par une agence de communication plutôt que sur un programme, on appelle cela... du populisme. Et cela n’a rien de rassurant.

#elections2019 @ecolo @MR_officiel #MR2019 #Europeennes2019 #EP2019